Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 15:45

 

Hebergeur d'images

1986 : Le comique français Coluсhе, né Miсhеl Cοluссi, реrd lа viе аu guidon de sa moto, à l'âge de 41 ans.


Caustique, provocateur, revendiquant son mauvais goût, Coluche n’en est pas moins devenu l’un des comiques les plus appréciés des français. Auteur de sketchs universellement connus comme "C’est l’histoire d’un mec" ou encore le "Clochard analphabète", l’homme à la salopette fut aussi l’interprète tragique de Tchao Pantin mais surtout le fondateur des Restos du Cœur. Toujours porté vers de nouvelles expériences, il osa défier les politiques en 1981, sut passer du cabaret au cinéma, du sketch à la chanson, de la radio à la télé jusqu’au jour où le destin en décida autrement.

"Je ne suis pas un nouveau riche, je suis un ancien pauvre"


Michel Colucci naît le 28 octobre 1944 dans une modeste famille italienne installée dans le XIVème arrondissement de Paris. Son père meurt prématurément et le laisse orphelin à l’âge de trois ans. Vivant chichement sans tomber dans la misère, le jeune Michel n’est guère enthousiasmé par l’école et préfère vadrouiller dans les quartiers populaires.

Malgré ses dénégations et son ironie sur l’école « primaire », il obtient son certificat d’étude. Puis, à partir de quinze ans, il enchaîne les petits boulots : manutentionnaire, télégraphiste, serveur, fleuriste…Mais l’adolescent lorgne vers l’art et se construit sa propre guitare. Elle pèse trop lourd pour qu’il puisse la soulever sans difficulté et elle sonne faux. Peu importe, Coluche apprend à jouer et à chanter à la hauteur de ses moyens financiers. Quant au service militaire, il n’interrompra pas longtemps sa vie parisienne : l’armée, ne tolérant plus son indiscipline, le renverra rapidement.

Des premiers pas au Vrai chic parisien


Plutôt instable, Coluche rêve de fuir la triste vie ouvrière pour chanter dans les cabarets. Après avoir fait ses armes au « Vieux bistrot », il se présente « Chez Bernadette ». Il commence par y faire la plonge puis chante. Il y trouve aussi son surnom : Coluche.

A 23 ans, il est repéré par Romain Bouteille qui l’emmène dans le « Café de la Gare ». Bouteille veut créé un espace d’un nouveau genre avec de nouveau talent. C’est ainsi que Coluche côtoie Dewaere, Miou-Miou, Depardieu ou encore Renaud. Mais il souhaite rapidement diriger sa propre troupe : c’est ainsi qu’il fonde « Le vrai Chic Parisien ». Il monte « Thérèse est triste » et fait la première partie de Dick Rivers.

"C’est l’histoire d’un mec…"


Confiant en ses chances et fatigué par le travail en troupe, Coluche décide en 1974 de partir en solitaire. Entre deux spots publicitaires, il monte son one man show « Mes adieux au Music hall » et fait salle comble.

Parallèlement, il met en scène,  joue dans quelques films et se lie d’amitié avec l’équipe d’Hara-Kiri. Il enchaîne rapidement les plateaux télé tandis que son sketch « C’est l’histoire d’un mec… » fait rire toute la France. Quant au 45 tours « Le Schmilblick », il fait un carton durant l’été 1975.

Coopérant dans L’Aile ou la cuisse avec Louis de Funès, Coluche réalise son premier film en 1977 et a rapidement son émission sur Europe 1.

Du rire aux larmes


Au sommet de sa gloire, Coluche est fatigué des tournages et des tournées. Après un échec sur RMC, il a le sentiment d’être censuré. Le 26 octobre 1980, il crée la surprise en annonçant publiquement sa candidature aux présidentielles de 1981. Soutenu par Hara-Kiri, il se veut le candidat des minorités. Le présidentiable « Bleu Blanc Merde » amuse alors et semble secouer le terrain politique, avec un score de 16% dans les sondages. Mais la blague agace rapidement les milieux politiques. Victime selon lui d’ostracisme médiatique, Coluche annonce une grève de la faim, puis met un terme à l’aventure en février.

C’est le début d’une époque douloureuse marquée par la drogue, un divorce et la mort de deux grands amis : Patrick Dewaere et Reiser. C’est au cours de cette période difficile qu’il tourne dans
Tchao Pantin. L’interprétation lui rapporte alors le César du meilleur acteur.

Un second souffle


Progressivement, Coluche sort du gouffre et se lance dans de nouvelles passions. Après une participation au Paris-Dakar, il bat le record du monde de vitesse à moto. Mais son véritable combat le rapproche à nouveau du terrain politique. Après avoir manifesté contre le racisme, il dénonce la précarité qui demeure dans les classes populaires et fonde les « Restos du Cœur ». La nécessité des restos est rapidement démontrée… Coluche propose une loi favorisant les dons en les déduisant des impôts.

Mais le trajet de Coluche s’interrompt brusquement au détour d’une petite route des Alpes-Maritimes le 19 juin 1986. Alors qu’il rentre à Opio, d’où il prépare son prochain spectacle, il ne peut éviter un camion manoeuvrant à la sortie d’un virage. Malgré les rumeurs, il roulait apparemment à une vitesse raisonnable et avec son casque. Il meurt toutefois sur le coup.

Coluche s’éteint prématurément après avoir traversé le paysage médiatique français. Mû par la volonté de toujours aller plus en avant, il devient le symbole d’une génération qui mêle générosité et humour acide. Renaud chante pour lui « Putain de camion » tandis qu’en 1988, le parlement redonne une dimension politique à l’ancien candidat : il vote la « loi Coluche » qui exonère d’impôts les sommes versées à une organisation caritative.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

danyboy 05/07/2008 23:52

kikou MarlèneJ'ai eu le privilège de cotoyer ce mec à ses débuts au café de la gare rue d'Odessa, et je peux vous dire à tous que ç'était un grand bonhomme et un grand coeur...nous étions mes potes et moi sans un rond et il nous a inviter a manger plusieurs jours , commeçà sans aucune contrepartie que notre présence..j'ai pleuré à sa mort et le regrette encore aujourd'hui..Bisous Marlène

florence 23/06/2008 19:35

Tu présentes bien la vie de ce que j'appelle un grand homme, merci

béa kimcat 22/06/2008 18:33

marlènecoluche je l'aimais bien... quand il est décédé, je suis allée le voir dans sa maison à paris à côté du parc montsouris... très émouvant... et son accident n'en ai certainement pas un...bises de béa kimcat

Jean 21/06/2008 21:00

Son humour était parfois blessant,choquant,  mais il avait aussi bien souvent une bonne vision des choses.....

Pierre 21/06/2008 19:31

Sous une apparence, je dirais un peu populaire, il disait des vérité que tous le monde pouvait comprendre, même nos politiques, si haut soit-ils Merci de penser à luiGros bisous Marlene A +

Présentation

 

Météo en direct


Météo en direct 

Hebergeur d'images 
outils webmaster

outils webmaster




Webcam cigognes en direct

Hebergeur d'images

  Webcam Cigognes

 

Rechercher

Archives